Deux dangers ne cessent de menacer le monde : l'ordre et le désordre. Paul Valéry Quand tu doutes : pense au visage du plus pauvre et du plus démuni. Gandhi Le monde est pour le bien public, telle est la Grande Voie. Confucius Faites ce qui est juste. Rosa Parks *

Gouvernance politique et des institutions

Abonnement au bulletin
Rejoignez-nous sur FacebookSuivez-nous sur Twitter
Rubriques
Gouvernance politique et des institutions


Rubriques

---

Les soubassements éthiques et politiques des sociétés humaines à travers le temps et l’espace

Afin d’élaborer une gouvernance mondiale représentative des diversités et de la communauté mondiale, nous devons développer une vision « déseuropéanisée du monde » . Ceci implique l’exigence de surmonter, pour s’en libérer, tout un système conceptuel élaboré par les sciences sociales en référence à la seule expérience européenne. Cette réflexion peut permettre de mettre à jour une vision pluriculturelle des soubassements politiques et éthiques, susceptibles d’amorcer des pistes de réflexion, afin de cheminer vers la nouvelle architecture d’une gouvernance mondiale adaptée.

Dans cette perspective, ce dossier tente de mettre en lumière l’aspect pluriel d’une pensée réellement universelle. Ainsi, c’est une histoire décentrée que nous avons voulu raconter ici. Sans minimiser pour autant les conséquences de l’ébranlement européen du 15ème-16ème siècle, nous tentons de juxtaposer à la vision rationaliste européenne d’une géopolitique incarnant la confrontation des grands schémas de pensée , les visions véhiculées par les religions et les philosophies d’Extrême et Proche-Orient, d’Amérique ou d’Afrique. Car les sociétés ne s’organisent pas autour des mêmes valeurs, et ne se structurent pas selon les mêmes normes.

En effet, cette diversité se traduit par des philosophies et des valeurs multiples donnant naissance à différents modèles d’organisation sociale. Et si Claude Lévi-Strauss rappelait que « Les grands groupes ethniques qui composent l’humanité ont apporté des contributions spécifiques au patrimoine commun », ce constat reste peu reconnu en pratique. Pourtant il y a « simultanément à l’œuvre, dans les sociétés humaines, des forces travaillant au maintien et même à l’accentuation des particularismes ; les autres agissant dans le sens de la convergence et de l’affinité » . Ce dossier a donc pour objectif d’établir un inventaire non exhaustif de ces modèles dans le but d’avancer vers une conception de gouvernance plus en accord avec la notion de citoyen du monde déjà avancé par les Stoïciens en leur temps.

Des utopistes européens se sont consacrés à l’élaboration d’un modèle de société ordonné, où le bonheur est garanti à tous par une organisation rationnelle de la société. Comme beaucoup d’idée rêvée, les élans de la pensée dans son incarnation utopique du remodelage des sociétés humaines se sont souvent pervertis dans son application, traduisant l’illusion d’omnipotence d’une société maîtrisant consciemment son histoire. C’est pourquoi en parallèle, nous développerons d’autres types de gestion du pouvoir et d’organisation sociale reposant sur le secret, l’honneur, le partage, la terre, le groupe.

Chaque thème présentant de multiples subdivisions, ainsi que de nombreuses adaptations dans le temps et dans l’espace, le parti fut pris de n’explorer que certains concepts ou points de vu, paraissant pertinents et servant la problématique définie. Nous ne sommes donc pas dans la recherche d’exhaustivité, mais plutôt dans une dynamique de création d’un panorama général, traitant des différentes échelles de l’organisation humaine allant de la tribu à la civilisation, en passant par les religions, et les philosophies qui ont façonné notre monde.


-
Illustration :

souldirty


-

Liens
Contact
RSS RSS 2.0
Indice de gouvernance mondiale
Cahiers de Propositions
Dossiers et Documents
Base documentaire
Vidéos
Accueil
En bref
La une