Deux dangers ne cessent de menacer le monde : l'ordre et le désordre. Paul Valéry On peut résister à l'invasion d'une armée, pas à celle d’une idée dont le temps est venu. Victor Hugo Avec la liberté viennent les responsabilités. Nelson Mandela Une véritable paix n'est pas que l'absence de tensions, mais la présence de la justice. Martin Luther King, Jr. *

Nature du travail et mondialisation des droits sociaux

Abonnement au bulletin
Rejoignez-nous sur FacebookSuivez-nous sur Twitter
Rubriques
Nature du travail et mondialisation des droits sociaux


Rubriques

---

Un plan de retraite globale

La retraite universelle à financement public a été un moyen populaire et efficace de réduire la pauvreté et d’étendre la citoyenneté sociale à tous les pays développés. À l’heure de la mondialisation, il est vrai que cette triade et que ce dispositif protégeant les personnes âgées devraient être appliqués au niveau mondial, par l’intermédiaire d’une retraite globale modeste payée à chaque personne âgée et financée par une taxe très modeste sur les transactions financières internationales et la richesse des entreprises.

Dans le premier cas, la retraite globale pourrait être de un dollar par jour, tout en sachant que cette somme modique aiderait à sortir de la pauvreté des centaines de millions de personnes âgées dans le monde entier. La pauvreté et l’inégalité sont si répandues que même des mesures correctrices relativement modestes peuvent avoir un impact de taille.

Dans les années à venir, le coût de mise en place d’une retraite globale d’un dollar par jour serait de 205 milliards de dollars, soit un cinquième du coût projeté de la guerre américaine en Irak, ou la moitié du budget militaire annuel des États-Unis avant l’invasion en Irak. Toutefois, ce coût doublera d’ici à 2030 et triplera en 2050.

La retraite globale serait un plan universel d’assurance sociale, pas un programme d’aide. Il s’agirait d’un catalyseur de ressources financières pour les personnes âgées, dans des communautés aussi bien riches que pauvres, urbaines ou rurales. Dans la mesure du possible, les frais d’administration seraient directement gérés au niveau de ces communautés. Il s’agirait d’un régime de « retraite sociale » sans conditions de ressources et non-contributif.

Source : New Left Review
www.newleftreview.org


-
Illustration :

El Rabbit


-

commentaires

---

Liens
Contact
RSS RSS 2.0
Indice de gouvernance mondiale
Cahiers de Propositions
Dossiers et Documents
Base documentaire
Vidéos
Accueil
En bref
La une