On peut résister à l'invasion d'une armée, pas à celle d’une idée dont le temps est venu. Victor Hugo Désormais notre patrie doit être l'univers. Flora Tristan Le monde est pour le bien public, telle est la Grande Voie. Confucius Une véritable paix n'est pas que l'absence de tensions, mais la présence de la justice. Martin Luther King, Jr. *

Nature du travail et mondialisation des droits sociaux

Abonnement au bulletin
Rejoignez-nous sur FacebookSuivez-nous sur Twitter
Rubriques
Nature du travail et mondialisation des droits sociaux


Rubriques

---

Salaire alimentaire universel : Choix ou obligation ?

Le revenu alimentaire de base est un revenu universel inconditionnel fourni par l’État à chaque membre de la société à un montant suffisant pour couvrir les besoins élémentaires en alimentation. Il ne s’agit pas d’un niveau de revenu mais d’un programme d’État, et ce par définition. Le revenu minimum indique un niveau de revenu, mais qui pourrait ne pas être suffisant pour donner l’accès à l’alimentation. Le revenu alimentaire de base est une idée innovante. Les programmes d’État peuvent introduire "formes intelligentes" de ciblage.

En effet, comment garantir le droit à l’alimentation aux foyers qui ne sont pas en situation de se nourrir - même s’il y avait plus d’emploi ? Le paradigme de développement standard risque de laisser pour compte quelque 50 pour cent des affamés et sous alimentés en se concentrant sur des questions de productivité et de travail salarié.

La liberté et les droits de l’homme ne fonctionnent pas sans un partage institutionnalisé des revenus. Le droit de ceux qui ont faim à pouvoir se nourrir aussitôt que possible a été quasiment absent des débats sur les droits de l’Homme, bien qu’il soit critique pour une grande part des foyers sous alimentés. Ce document vise à présenter des arguments en faveur du revenu d’alimentation de base comme obligation de l’État sous la règle du droit à l’alimentation.

Les deux premières sections analysent le droit de l’Homme à l’alimentation. La réalisation du droit à alimentation (un des engagement des conventions des droits de l’Homme) signifie qu’il faut garantir l’alimentation individuellement. Les politiques et les programmes qui d’une façon ou d’une autre améliorent "statistiquement" la sécurité alimentaire des pauvres sont bienvenus mais insuffisants : ils ne font pas le travail. Les droits de l’Homme ne sont pas "statistiques" mais conçus pour établir des garanties légales individuelles avec les remèdes judiciaires correspondants. C’est là que la plupart des programmes échouent.

Dans la troisième section, le revenu alimentaire de base est présenté sous forme de programmes de revenu minimum avec un "ciblage intelligent", montrant que le revenu alimentaire de base est non seulement plus efficace, mais aussi plus efficace que des programmes comparables. La grande importance du revenu d’alimentation de base comme réponse immédiate à l’oppression et l’exploitation des femmes est soulignée. La peur des coûts exorbitants d’un tel programme est une des hésitations principales quant au revenu de base. La viabilité financière des programmes d’alimentation de base - même dans les pays pauvres - est démontré dans la section 4. La dernière section est ensuite consacrée à poser une fois de plus la grande question : Revenu alimentaire de base... choix ou obligation ?

Source : FIAN International
http://www.fian.org



commentaires

---

Liens
Contact
RSS RSS 2.0
Indice de gouvernance mondiale
Cahiers de Propositions
Dossiers et Documents
Base documentaire
Vidéos
Accueil
En bref
La une